Corleone, la mafia sicilienne

Corleone et la mafia, un lien indissoluble

Corleone est un village dans l’arrière-pays sicilien en province de Palermo. Sa renommé a commencé quand son nom a été lié à la famille mafieuse dans la saga des films américains du “Parrain”. En réalité la famille Corleone n’existe pas, c’est une fiction cinématographique, la réalité est beaucoup plus douloureuse parce que la mafia sicilienne de l’après-guerre est liée à l’ “escalade” mafieuse de chef de mafia de Corleone qui, après différentes guerres de mafia, prirent l’avantage sur les autres en commandant la Sicile, grâce à des amitiés et des coalitions. Un morceau de cette réalité vécue des années cinquante jusqu’à nos jours est décrite avec des détails dans le livre récent “Don Vito” écrit par le fils de Don Vito Ciancimino, corleonese doc, citoyen respectable qui devint également maire de Palerme qui a représenté pendant plus de deux décennies la connivence entre les organes de l’état et la mafia en donnant vie de fait au “sacco” de Palermo qui détruit de vastes territoires agricoles de la “Conca d’Oro” de Palermo. Des églises, des villas, des maisons et des palais nobles de grande architecture furent rasés au sol pour faire place à la construction de palais gigantesques en béton construits par les entreprises mafieuses de propriété des mêmes personnes qui ont consenti à la mafia d’étendre son pouvoir dans toutes les affaires licites et illicites liées à l’économie du lieu. Pendant cette période se déclencha une lutte avec toutes les institutions juridiques siciliennes qui donna lieu à un carnage sans précédent qui impliqua, pendant les années 80 et 90, des policiers, des juges, des gendarmes, des journalistes et des représentants des institutions en plus d’hommes simples qui tentèrent de s’opposer à leur pouvoir. A Corleone, aujourd’hui, après l’arrestation des tous les boss mafieux excellents, vivent les parents proches et lointains de celui qui fut l’esprit et le bras armé sanguinaire de la mafia. Corleone, bien qu’elle soit elle aussi envahie par le béton, conserve certains traits du vieux village conspirateur de l’île, presque silencieux et somnolent en superficie mais encore réchauffé à l’intérieur par l’envie de faire resurgir son antique pouvoir. Corleone mérite un visite pour comprendre complètement d’où naît le phénomène mafieux, en explorant ceux qui furent les lieux où vivaient, et très souvent se cachaient, les boss mafieux et leurs lieutenants, comme l’immeuble où le boss Bernardo Provenzano se cacha plusieurs fois, devenu aujourd’hui un laboratoire de l’antimafia où, d’ailleurs, sont vendue des produits réalisés sur les terres confisquées aux boss. En effet, il y a plusieurs dizaines d’exploitations qui se sont élevées dans les anciens territoires des mafieux où, aujourd’hui, des coopératives de jeunes se dédient à la production. Du point de vue de la nature, un scénario suggestif est crée par les "rochers jumeaux", une à l’est du centre habité où est placé le Château Soprano avec les restes de l’antique tour d’observation sarrasine et l’autre au centre du village dans un bloc calcaire géologiquement écroulé de la montagne frontale et sur lequel a été édifié le château médiéval maintenant ermitage des Franciscains. Aux pieds du Château Soprano l’on peut admirer un spectacle de la nature, la "Cascade des Deux Rochers" formée par le saut du torrent San Leonardo, affluent du Fleuve Belice, qui crée un petit lac naturel suggestif entouré par les restes d’un aqueduc probablement arable. Le torrent avec la cascade s’écoule à l’intérieur d’une vraie gorge naturelle en formant un canyon parcourable à l’intérieur pendant la période estivale. D’autres attractions de la zone sont les bois de Rocca Busambra e Ficuzza où il y a le Real Casina de chasse, un somptueux palais construit en 1799 par le roi Ferdinand IV de Bourbon. Autre étape obligée aux “Gole del Drago” le long du fleuve Frattina.



Villas près de Corleone, la mafia sicilienne