Syracuse et l'île d'Ortigia

Syracuse, la ville la plus importante de la Grande Grèce

Syracuse est la quatrième ville sicilienne par nombre de maisons. Son nom dérive du mot sicule Syaka qui signifie ville riche d’eau à cause de ses nombreux cours d’eau et d’un marais. Définie par Cicéron « la plus belle de toutes les villes grecques », elle a été déclarée, avec la nécropole de Pantalica qui est proche d’elle, patrimoine mondial par l’UNESCO en 2005. Son nom est au pluriel aussi bien en grec qu’en latin, Siracusae, parce que la ville fondée par Archia, une personne noble de Corinthe en 734 av. J.-C., devint en quelques années la Pentapole en tant que noyau original. Constituée sur l’île d’Ortygie, quatre autres noyaux s’y ajoutèrent progressivement : Acradina, Tiche, Neapoli et Epipoli. La renommée de Siracusa est liée à son histoire grecque, en ce temps-là la ville était protégée par une enceinte qui avait son sommet dans le Château Eurialo, seul exemple de forteresse grecque encore intacte. Pour sa construction et pour la construction des autres temples d’époque grecque, différentes latomies ont été édifiées, dont la plus fameuse est la Latomia dei Cappuccini dans laquelle furent enfermés les soldats prisonniers de la guerre contre Athènes, et furent laissés mourir de faim et de privation. Siracusa possède également certains temples partiellement intacts, dont le plus connu est le Temple d’Apollon, le plus antique de la Sicile et placé à Ortygie, la petite île qui contient la partie la plus antique de la ville. L’époque romaine redimensionna visiblement la ville, au niveau de la splendeur et de l’importance. Cependant, il reste différentes œuvres d’intérêt important comme l’Amphithéâtre romain parmi les plus grands d’Italie utilisé pour les luttes des gladiateurs, le Gymnase romain et les catacombes. Siracusa passa ensuite par différentes dominations dont la domination Byzantine, en devenant cour impériale byzantine, ensuite il y eurent les musulmans et ensuite les normands. Après le tremblement de terre de 1693, la ville connut une nouvelle renaissance architectonique. Aujourd’hui il y a de nombreuses églises et de nombreux édifices baroques qui témoignent de cette période de splendeur. Le passé illustre de Siracusa est démontré par le fait que la ville possède la première église chrétienne d’Europe (le dôme), le théâtre grec le plus grand du monde héllénique (et le mieux conservé d’Europe), le musée Orsi, le plus grand musée archéologique d’Europe, et les catacombes romaines, qui après celles de Rome, sont les plus étendues d’Europe. A l’intérieur du Parc de 240 000 m² il y a les Latomie, carrières de pierre où les grecs prélevaient le matériel pour les constructions, utilisées ensuite comme prisons, l’Oreille de Dyonisos, une grotte artificielle avec une entrée en forme de pavillon auriculaire, qui augmentent fortement les sons grâce à ses caractéristiques acoustiques internes, comme le veut la légende liée au tyran Dionisos qui y renfermait les prisonniers et l’on entendait de loin leurs cris considérablement augmentés. A l’intérieur du Parc, l’amphithéâtre romain du IIIème siècle ap. J.-C., le théâtre grec construit aux alentours du IVème siècle av. J.-C. mais qui, avec le temps, a subi différents changements, le Gymnase Romain du Ier siècle av. J.-C, qui incluait un portique, un quadriportique, un temple et un théâtre et les sépulcres romains dont la route a une longueur d’environ 150 mètres. Dans les alentours de Syracuse se trouvent des oasis protégées très importantes dont Cavagrande del fiume Cassibile et la Réserve de Vendicari.



Villas près de Syracuse et l'île d'Ortigia