La cathédrale de Monreale

La cathédrale de Monreale, lieu mystique suspendu entre légende et réalité

Monreale commence à être importante avec le début de la dynastie normande aux alentours du XIème siècle. C’était dans ce lieu que les rois normands se retiraient pour se reposer des vicissitudes de la guerre et du gouvernement de la Sicile. Ce fut lors d’une nuit de 1171 que le roi Guillaume II de Sicile dit Guillaume le Bon vit la Vierge en rêve qui lui révélait l’endroit dans lequel était caché un immense trésor (butin de guerre de son père), avec lequel Guillaume aurait dû ériger un temple dédié à celle-ci. Le roi commença sans s’arrêter la construction du temple, du Palais de l’Archevêque et du cloître. Il demanda que cent moines de l’Abbaye de Cava, avec à la tête l’abbé Teobaldo, se transfèrent à Monreale pour célébrer dans le temple. Ceux-ci arrivèrent à Monreale le 20 mars 1176 et l’abbé Teobaldo fut décoré du titre de « Seigneur de la ville ». Le 5 février 1182, Lucius III, sur demande du même Guillaume, éleva l’église de Monreale à « Cathédrale Métropolitaine ». Le style de ce monument connu et apprécié dans le monde entier est composite, car différents goûts s’unissent et renvoient à l’architecture de l’Europe du nord et à l’art arabe. Les deux tours massives et solennelles, adjacent l’arcade d’entrée, ont été construites au XVIIIème siècle. L’intérieur, illuminé par les magnifiques mosaïques en or qui créent l’illusion de se trouver dans un lieu paradisiaque, est en croix latine, avec les nefs séparées par des colonnes surmontées par une séquence rythmique d’ogives. Tout l’édifice est revêtu par des mosaïques remontant à l’époque de Guillaume II le Bon ou peut-être de Tancredi (1194).

Une des nombreuses légendes, racontées et transmises pendant les siècles, sur Palerme et ses dominations, met en contact étroit la Cathédrale de Monreale et la Cathédrale de Palerme. On raconte que pendant le XIIème siècle après J.-C., Guillaume II de Sicile, tandis qu'il supervisait les travaux pour la construction de la Cathédrale de Monreale, avait comme rival implacable Gautier Ophamil, l'archevêque du diocèse de Palerme et ex instituteur de Guillaume II de Sicile, qui avait en même temps fait réaliser la Cathédrale de Palerme. Guillaume s'occupa d'embellir avec de merveilleuses mosaïques racontant les histoires du Nouveau et de l'Ancien Testament l'intérieur de la Cathédrale omettant les détails esthétiques de la façade, tandis que Gautier, pour le contrer, misa beaucoup sur la beauté et l'ampleur de la façade en l'enrichissant d'ogives inspirées de l'architecture islamique, de colonnes avec des statues de saints, des beffrois, des archivoltes, des créneaux, des pinacles... laissant l'intérieur presque anonyme. Étant jaloux l'un de l'autre, la légende raconte qu'ils moururent tous deux d'infarctus peu après avoir jeté un œil sur les projets respectifs.

Villas près de La cathédrale de Monreale