L'île phénicienne de San Pantaleo (Motyé)

Mozia, la cité phénicienne de l'île de San Pantaleo

L'île de San Pantaleo (Motyé) est une île de 45 hectares, la plus grande d’un petit archipel en face de la Réserve naturelle du Stagnone de Trapani et Marsala dont il fait partie. Motyé (Mothya) devint vers le XIIème siècle av. J.-C. un lieu de grand intérêt commercial pour les marchands et les navigateurs phéniciens, un point d’accostage et une base commerciale semblable à la ville phénicienne de Tiro. En 397 av. J.-C. elle fut détruite par Dionysos de Syracuse, l’année successive elle fut reprise par les Carthaginois mais perdit beaucoup d’importance et sous la domination romaine elle fut complètement abandonnée à l’exception de simples fréquentations comme les restes de quelques villas d’époque hellénistique ou romaine en témoignent. Pendant le XVIIème et le XVIIIème siècle, elle fut l’objet de recherches archéologiques qui, en 1883, portèrent à son identification. Au début du Dix-huitième siècle, elle fut entièrement acquise par Joseph Whitaker, archéologue et héritier d’une famille anglaise qui s’était établi en Sicile et avait fait fortune grâce au commerce du vin Marsala. Ses études et les fouilles archéologiques firent découvrir le Sanctuaire phénicien et punique du Capidazzu, partie de la nécropole archaïque, la Maison des Mosaïques et les fortifications de la Porte Nord et de la Porte Sud. Celui-ci fit en outre construire un musée.

Le Sanctuaire du Capidazzu (du sicilien “Chapeau large”) était initialement utilisé pour les sacrifices d’animaux et fut successivement reconstruite avec l’édification d’un édifice sacré.

La Nécropole archaïque se trouve sur la côte septentrionale de l’île, il s’agit d’une vaste zone rocheuse avec des petites fosses creusées qui contenaient le cinéraire (récipient où étaient placés les restes du défunt).

Le Tofet de Motyé, d’environ 60 mètres de longueur, était un Sanctuaire où se conservaient les urnes des défunts à partir du VIIème siècle av. J.-C. Il fut également utilisé successivement comme dépôt pour les terres cuites votives.

Le village se trouvait dans la partie centrale de l’île, il s’agissait d’une véritable ville, avec un réseau viaire orthogonal, dont certains traits ont été redécouverts. La découverte archéologique la plus importante est la Maison des Mosaïques, c’était un ensemble de construction construit sur deux niveaux avec une grande cour rectangulaire en péristyle, dont le carrelage était décoré avec certains mosaïques avec des briques noires, blanches et grises dont un bref trait est visible aujourd’hui.

La Casermetta était un édifice appuyé, à l’extérieur, sur une grande tour des murs, qui est conservée sur la côte méridionale, entre la Maison des mosaïques et la Porte Sud. L’édifice est divisé en deux parties placées sur les côtés d’un couloir découvert, au fond duquel un escalier mène à l’étage supérieur au-dessus des murs de défense, où se trouvaient les restes du carrelage d’un lieu découvert, en pouzzolane artificielle avec canal d’écoulement pour l’eau de pluie.

Le Kothon était un bassin portuaire à la Porte Sud, utilisé probablement pour des opérations de chargement et déchargement de la marchandise, celui-ci était relié à la mer par un canal qui se rétrécissait vers le sud. Une partie du Kothon était utilisée également pour les réparations des bateaux.

Le Musée Whitaker
est divisé en 2 sections, la section antique recueillie par Whitaker, et la section moderne organisée selon des critères plus scientifiques. La partie la plus antique du musée recueille le matériel archéologique très intéressant de la donation Whitaker, provenant de la nécropole du cap Lilibeo, Motyé et de Birgi. Des inscriptions, des fragments, des terres cuites, des vases et des céramiques, un bloc sculpté représentant deux lions qui mordent le taureau et le « Jeune de Motyé », une statue d’Apollon Patroo en marbre blanc remontant à la deuxième moitié du Vème siècle av. J.-C. L’accès à l’île est consenti seulement à deux embarcadères privés, qui, outre à relier Motyé à la terre ferme, permettent de visiter également les autres îles du Stagnone.

L’île appartient à la Fondation Whitaker, et, bien qu’elle soit ouverte au public et qu’elle soit visitable pendant les heures d’ouverture, l’interdiction de débarquement non autorisé est en vigueur.

Villas près de L'île phénicienne de San Pantaleo (Motyé)